Fig6-Drac-déconnexion-apports-phréatiques

Figure 6. Illustration sur la rivière Drac, après réhabilitation, de la déconnexion des apports phréatiques latéraux et de l’aspect encore artificiel des chenaux principaux

L’un des points forts de l’IRTa est de pouvoir offrir un diagnostic du fonctionnement thermique d’un cours d’eau à large échelle (~10 à 50 km). Sur la rivière Drac, par exemple, l’outil a été utilisé pour comparer le fonctionnement d’un secteur en tresse « naturel » (avec relativement peu de modifications anthropiques directes) à celui d’un secteur restauré (élargissement de la bande active, injection de granulat et restauration de tresses). Résultats : 2 ans après la fin des travaux, la tresse restaurée présente un fonctionnement thermique très différent de la tresse « naturelle ». Au-delà des aspects quantitatifs (moins grande densité et diversité de refuges thermiques, gradients thermiques opposés), la cartographie thermique a permis de comprendre les raisons de ces différences ; des chenaux phréatiques existants mais déconnectés, des tresses sur-élargies et exposées au soleil, et un fonctionnement hyporhéique pour le moment inexistant (Figure 6).